L’apprentissage des maths au CP

Beaucoup d’élèves en CP ont du mal à saisir les concepts mathématiques enseignés. Tout juste sortis de la maternelle, les petits élèves doivent faire face à des leçons plus conceptuelles qu’à l’ordinaire, qui gênent parfois la bonne compréhension des cours. Chiffres, symboles, codes divers sont autant de notions à saisir pour acquérir la logique mathématique ; l’addition et la soustraction deviennent alors des notions abstraites difficiles à faire comprendre. C’est pourquoi il faut en permanence user de subterfuges et de moyens pédagogiques novateurs pour leur permettre d’atteindre un niveau conceptuel supérieur. Dans cet article, nous abordons quelques pistes et réflexions pour aider vos élèves en CP à s’améliorer.

Faire progresser l’élève en plusieurs temps

L’apprentissage des mathématiques en classe de CP est une tâche ardue pour les maîtres et maîtresses d’école. Pour ce faire, ces derniers doivent faire preuve d’imagination et se servir de toutes les ressources pédagogiques capables de rendre cette matière plus attractive. Cela passe nécessairement par des exercices de maths pour CP ludiques et adaptés, pour faire assimiler aux élèves des notions plus abstraites. Le but étant de les amener à réfléchir et à raisonner sur des éléments conceptuels, par la manipulation, l’expérimentation, la représentation, et l’abstraction, entre autres.

Pourquoi la manipulation et l’expérimentation sont-elles nécessaires en CP ?

Comme le conseillent de nombreux professeurs et universitaires spécialisés en didactique des mathématiques, la première approche avec les maths devrait favoriser la notion d’expérimentation. Dans un premier temps, il s’agit de faire des mathématiques en développant le plus possible l’aspect manipulatoire, soit, en d’autres termes, favoriser une approche « en gestes » qui leur permettra d’expérimenter avec leurs mains plutôt que de discuter ou d’écrire des mathématiques. Cela permet d’une part une meilleure appropriation des concepts, et d’autre part, une transition progressive des apprentissages reçus au sein des classes maternelles ; là où la pédagogie autour de la manipulation des objets et du jeu était largement plébiscitée.

L'apprentissage des maths au CP

C’est alors que le dessin pourra être progressivement inclus pour compléter leur apprentissage des maths. Il s’agira essentiellement de tracer et dessiner pour expérimenter davantage et explorer d’autres horizons. Il faudra ensuite nécessairement inclure les pratiques langagières des mathématiques ; il s’agit ni plus ni moins que de mettre en mots ce qui a été fait précédemment.

En effet, le langage mathématique peut rebuter bon nombre d’élèves, c’est pourquoi il convient de le leur expliquer progressivement par l’intermédiaire de jeux de CP ludiques. Or en ayant déjà manipulé, expérimenté, tracé, dessiné, l’apprentissage des mots et des concepts mathématiques aura un meilleur écho dans leur esprit. En respectant ces étapes, ils seront plus armés pour raisonner et s’appuyer enfin sur la fonction cognitive. Vous pourrez dès lors leur proposer différentes activités visant à développer leur capacité à raisonner.

Poursuivre vers la représentation et la symbolisation

La manipulation et l’expérimentation sont des éléments primordiaux pour commencer l’apprentissage des maths en douceur. Toutefois, ces seuls éléments ne suffisent pas pour atteindre le niveau requis. En effet, les mathématiques sont considérées comme l’une des matières les plus exigeantes notamment par ses nombreux concepts de symbolisation et de représentation. Ces derniers favorisent par ailleurs l’abstraction, processus indispensable pour atteindre un niveau conceptuel plus élaboré.

En conséquence, chaque élève doit appréhender différents systèmes de représentation par le biais de registres graphiques tels que les schémas, les tableaux, les dessins, les arbres de calculs, etc., et les symboles (signes, chiffres, codage…). Ainsi, pour maîtriser un concept, l’élève devra articuler sa réflexion à travers plusieurs registres et se doter d’une certaine façon de procéder. Par itérations successives, l’élève pourra enfin combiner plusieurs éléments entre eux sans se soucier de leur nature : code (doigts de la main) ; symboles (chiffres : 5, 3, 7…), mots (cinq, trois, sept…).

L’importance de l’abstraction

L’abstraction est sans doute l’un des processus les plus difficiles à saisir. Pourtant, l’abstraction en tant que notion peut facilement s’expliquer et se comprendre. Que serait la représentation de notre monde si nous n’étions plus capables de faire des abstractions ? Il nous serait alors impossible de faire la différence entre un fruit et un objet du quotidien ou de distinguer deux objets quasi similaires et de former un concept en différenciant d’une part leurs points communs, et d’autre part, leurs différences.

En d’autres termes, il faut nécessairement lier les connaissances entre elles, saisir ce qu’elles ont en commun pour franchir un niveau conceptuel plus élaboré. Il s’agit donc ni plus ni moins que de former des concepts. La difficulté d’élaborer des concepts en mathématiques est causée principalement par le fait que cette matière ne repose pas sur des objets concrets, mais sur des symboles et codes spécifiques. C’est pourquoi l’utilisation de la verbalisation en mathématique est importante, c’est elle notamment qui permet de développer et structurer sa pensée, en témoigne la célèbre phrase de Boileau : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement. Et les mots pour le dire arrivent aisément. »

La verbalisation pour mieux comprendre les mathématiques.

La verbalisation consiste à utiliser le langage oral et écrit pour argumenter, expliciter une démarche, décrire une situation, penser un problème, etc. Elle est nécessaire pour faire acquérir aux élèves une rigueur et provoquer en eux un déclic qui leur permettra d’atteindre à force de répétition un niveau d’abstraction suffisant pour raisonner en concept. Que ce soit pour des calculs, la résolution de problèmes, etc., chaque leçon doit inclure de la verbalisation dans le but de construire une pensée mathématique cohérente et organisée.

Vous pouvez également vous tourner vers d’autres méthodes qui ont fait leurs preuves, et qui utilisent différemment les concepts de manipulation, d’expérimentation, de représentation, d’abstraction, et de verbalisation. Nous pensons notamment à la méthode Singapour ou encore la méthode heuristique de Mathématiques. S’inspirer des ressources pédagogiques étrangères est une bonne pratique, et devrait vous aider à améliorer les exercices cp proposés pendant vos cours.