L’organisation des écoles d’architecture en France

De nombreux métiers consacrés à l’aménagement du territoire permettent de mettre en pratique vos compétences d’urbaniste, comme le métier d’architecte. Si mener des réflexions sur la manière de concevoir des villes, des bâtiments, des monuments vous intéresse, alors peut-être devrez-vous songer au métier d’architecte ! Une carrière passionnante qui demande une solide culture architecturale, mais dans lequel la routine n’existe pas.

Quelle école d’architecture choisir ?

Avant de préciser la manière dont on devient architecte, il nous a semblé utile de sensibiliser d’abord les futurs étudiants sur le choix de leur école d’architecture. Nombreux sont celles et ceux qui recherchent sur internet un classement des meilleures écoles en France pour devenir architecte. Si certains ont le mérite d’exister, on peut tout de même s’interroger sur leur légitimité… En effet, à ce jour, aucun classement officiel des écoles qui forment les architectes n’a vu le jour ; c’est pourquoi il faut faire preuve de vigilance et de recul sur les informations recueillies sur internet. Pour pallier ces manquements, la prépa Archi Prep’ a réalisé un classement des meilleures écoles d’architecture en se basant sur les rapports d’évaluation délivrés par l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, plus communément appelée AERES.

Cet organisme établit tous les 5 ans un rapport détaillé de toutes les écoles d’architecture françaises. Ce rapport traite de divers points comme la réussite des étudiants, la gouvernance et le pilotage des établissements, la recherche et la formation, le positionnement institutionnel et la stratégie de développement de l’établissement, les relations européennes et internationales, etc. C’est donc en compilant toutes ces informations que la prépa Archi Prep’ a réalisé ce classement, qui fait office de référence officieuse auprès de milliers d’étudiants et de professionnels du domaine de l’urbanisme.

Comment devenir architecte ?

En France, 22 écoles spécialisées réparties sur tout le territoire sont habilitées à former au métier d’architecte. La majorité des étudiants postulent au sein des Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture, que l’on appelle aussi ENSA. C’est en Île-de-France que la plupart des ENSA sont concentrées et à elle seule, cette région comptabilise pas moins de 6 écoles sur les 20 disponibles :

  • Paris-Belleville
  • Paris-Malaquais
  • Marne-La-Vallée
  • Paris-Val de Seine
  • Versailles
  • Paris-La Villette

Les Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture forment la majorité des étudiants : près de 85 % d’entre eux. Cependant, deux autres établissements sont également habilités à former de futur(e)s architectes : l’ESA (école spéciale d’architecture) située à Paris et l’INSA (institut national des sciences appliquées) situé à Strasbourg. Ces deux écoles ont aussi la particularité de proposer également un double cursus architecte-ingénieur.

Des études d’architecture calquées sur le modèle LMD

Comme c’est aujourd’hui le cas avec la plupart des cycles d’études supérieures, les écoles d’architecture sont, elles aussi, bâties sur le modèle universitaire LMD (licence-master-doctorat).

Le cycle 1 : Licence d’architecture

Le premier cycle dure 3 années et confère à l’étudiant, après obtention de la licence, le diplôme d’études en architecture (DEEA). Ce dernier lui permet d’acquérir les bases indispensables du domaine tout en se dotant d’une solide culture architecturale. S’il ne souhaite pas poursuivre ses études en master, il pourra tout de même faire valoir ses connaissances auprès d’agences d’urbanisme, de bureaux d’études et d’ingénierie, d’entreprises du bâtiment, etc., en tant que dessinateur-projeteur notamment.

Le cycle 2 : Master d’architecture

En revanche, s’il poursuit son parcours, il accédera au 2e cycle, l’équivalent de deux années de master. Ces deux années sont l’occasion d’approfondir les connaissances précédemment acquises et de maîtriser les différentes problématiques du domaine de l’architecture. C’est à la validation du master que l’étudiant obtient le Diplôme d’État d’architecte, appelé aussi DEA. Ce dernier lui permettra notamment d’exercer le métier d’architecte en tant que salarié et de pouvoir acquérir ses premières années d’expérience en assistant aux divers projets de conception, en réalisant des études techniques, etc.

L’habilitation à la maîtrise d’oeuvre en nom propre

Attention toutefois, ce seul diplôme ne l’autorise pas encore à exercer en son nom propre ; à ce stade de sa formation, il ne peut exercer qu’en tant que salarié. Mais s’il veut endosser toutes les responsabilités inhérentes à la maîtrise d’œuvre, il devra obligatoirement poursuivre ses études sur une année supplémentaire afin d’obtenir l’habilitation à la maîtrise d’œuvre en son nom propre appelée aussi HMONP.

C’est une formation professionnalisante qui comprend, au minimum, une formation théorique de 150 heures complétée d’une mise en situation professionnelle sur la quasi-totalité de l’année de formation. L’obtention de l’habilitation permet à l’étudiant de s’inscrire au Tableau de l’Ordre des Architectes et d’exercer en son nom sous forme libérale.

Le cycle 3 : Doctorat d’architecture

Enfin, il peut aussi faire le choix de poursuivre ses études pour obtenir un doctorat en architecture (bac 8).

L’offre en la matière est un peu plus réduite puisque ce sont seulement huit écoles qui proposent la poursuite d’études vers un 3e cycle. Vous aurez le choix entre le DPEA, diplôme propre aux écoles d’architecture permettant de se spécialiser dans des domaines précis : design, architecture navale, scénographie, etc., et le DSA (diplôme de spécialisation et d’approfondissement en architecture).

En savoir plus sur le métier d’architecte

Tous les ans, des événements sont organisés pour donner aux futurs étudiants une vision plus concrète du métier. C’est le cas cette année, où des architectes venus du monde entier se réunissent à Versailles du 4 mai au 13 juillet 2019 à l’occasion de la 1re Biennale d’architecture et de paysage. Ces événements sont l’occasion rêvée de discuter avec des architectes en fonction, de comprendre les enjeux actuels et à venir de la conception des villes, de discuter des projets en cours de construction et de voir de vos propres yeux des plans et des maquettes.

C’est en quelque sorte une immersion avant l’heure pour vous glisser dans la peau d’un professionnel. Les études pour devenir architecte sont plaisantes mais longues et rigoureuses, c’est pourquoi, avant de s’engager dans un tel cursus, mieux vaut avoir quelques certitudes. Nous vous invitons donc à vous rendre, si vous en avez l’occasion, à ce type d’événements pour valider ou non votre orientation professionnelle.